Un break iodé

Depuis que nous sommes en France, l’Océan est devenu notre QG de l’été. Le Sud Ouest, les vagues et le sable chaud, la famille. Cette pause, je l’adore vraiment. Même si je suis plus une fille méditerranéenne, même si l’Océan m’impressionne, même si je râle, parce que je ne peux pas faire trempette paisiblement, je suis complètement fan de ce break iodé. Les Landes m’hypnotisent. Aujourd’hui c’est un de mes endroits préférés.

Les Landes et ses plages interminables… Elles sont magiques. On est zen ici. Lili disait l’autre jour en légende d’une de ses jolies photos, que les gens deviennent bons quand ils ont de l’espace. C’est vrai. Nous avons besoin d’espace pour nous sentir bien. Quand on l’a, on se sent libre. Se sentir libre, il ne s’agit pas là d’une des bases du bonheur ?

Aout nous fait miroiter ce sentiment de liberté. En septembre, il s’estompe. On doit recommencer. Il faut passer par cette case, pour rentrer à nouveau dans le système et j’avoue, cela ne contribue pas à mon bonheur. Revenir à l’école, la routine, le rythme soutenu, l’organisation… Mais pourquoi donc je ne peux pas choisir quand est-ce que je veux faire ma rentrée ? En fait, je ne suis pas prête et vous ? Je sais je sais, vous allez me dire, « Lois, ce serait chaotique si tout le monde faisait comme bon lui semble, il nous faut bien des structures pour que la société fonctionne (?) ».  En fait, je ne suis pas hyper fan de cette société et cet organigramme géant, me cause pas mal de stress.

En septembre, tout le monde remet son uniforme et on reprend sa pelle. Ok, j’ai un peu de mal à me remettre dans la boucle. Mais qui aime se replonger dans ce tourbillon ? Désolée si mes mots vous dépriment, mais la fin de l’été me rend nostalgique et un peu (beaucoup?) dramatique.

Je suis consciente que je ne peux pas changer le monde, par contre, je peux essayer de modeler le miens. Alors à ma petite échelle, je me concentre sur mon bonheur et celui des personnes que j’aime. La campagne nous a redonné un peu d’oxygène. S’éloigner de la ville et se rapprocher de la nature, nous a donner des ailes. Comme à l’Océan, ici on a retrouvé cet espace, celui qui nous fait croire que nous sommes libres. Peut-être même que cette année, j’arrive à me détacher de tout le stress de septembre ! Et vous, comment faites-vous pour gérer? Pour finir cet article, il y a aussi une petite vidéo. Je vous embrasse.

Lois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.